Communiqué AL

Turquie : Leyla Güven, au nom de tous et toutes les prisonnières

Version imprimable de cet article Version imprimable


« La résistance et la beauté sont au beau fixe » : voilà ce qu’à déclaré en janvier Leyla Güven.

En janvier 2018, cette députée du Parti démocratique des peuples (HDP) a été incarcérée pour avoir dénoncé l’invasion militaire du canton d’Afrîn, au Rojava (Kurdistan syrien). En novembre, elle a entamé une grève de la faim. Son état de santé se dégradant, elle a été placée en résidence surveillée le 25 janvier, mais elle poursuit sa grève de la faim pour réclamer la fin de l’isolement des prisonnières et prisonniers politiques, dont Abdullah Öcalan.

En Turquie, en Allemagne, en France (à Paris et à Strasbourg) et dans d’autres pays, près de 300 personnes se sont jointes à cette grève de la faim illimitée pour une Turquie démocratique et un Kurdistan libre.

Alors que le néosultan Recep Tayyip Erdoğan préside à une dérive de plus en plus liberticide, religieuse, militariste et autoritaire de l’État turc, toutes et tous les partisans de la liberté et des droits humains doivent soutenir la lutte qui se mène aujourd’hui au sein et en dehors des prisons turques.

Une grande marche de solidarité est organisée
le samedi 16 février à Strasbourg
Départ 10 heures de la gare, direction la Meinau.



Alternative libertaire, le 14 février 2019

Leyla Güven a été hospitalisée le 13 février, après trois mois de grève de la faim.
 
☰ Accès rapide
Retour en haut