syndicalisme

Mayotte : Un premier département français en grève générale !

Version imprimable de cet article Version imprimable


Depuis le 30 mars, la colonie de Mayotte (« le 101e département français ») est en grève générale. Bien entendu, la presse française n’en pipe mot... de crainte de donner trop d’idées aux autres travailleuses et travailleurs du pays ? Retour en images pour briser l’isolement médiatique, et remise en contexte d’un mouvement qui puise une partie de sa force dans l’anticolonialisme.

Black-out médiatique en France. Pas un mot sur les radios, pas une image sur les télés avant ces derniers jours. Ce n’est qu’au 14e jour que « la presse de française découvrait la grève », reconduite depuis le 30 mars, sous le mot d’ordre de l’égalité réelle avec l’Hexagone et contre les régressions sociales (loi Travail comprise).

Leçon aussi pour nos propres organisations, qui ont eu un temps de retard certain pour relayer l’information, susceptible de dynamiser la mobilisation en France. Alors que les automédias se multiplient dans les cortèges, dans les occupations, il est vital de relayer horizontalement toutes les initiatives sociales et syndicales menées par notre camp !


Communiqué de l’Union Syndicale Solidaires :
« Mouvement en cours à Mayotte ».

A Mayotte la grève se durcit. Aucune écoute des autorités,... des rassemblements quotidiens où les élus ont été sollicités, précédés de blocages des carrefours paralysant l’île.


d’aitres vidéos sont disponibles sur la chaîne Mayotte Tv


Entretien AL
Abderrahmane Abdelhaoui (syndicaliste de Mayotte) : « Un climat insurrectionnel existe »

Automne 2015 : plusieurs journées de grèves et actions ou opérations escargots bloquent Mayotte. Retour sur cette contestation avec Abderrahmane Abdelhaoui, militant mahorais de SUD-Education.

Alternative libertaire : Où en est la mobilisation de cet automne 2015 à Mayotte ?

Abderrahmane Abdelhaoui : C’est sans mandat ni maîtrise parfaite des revendications de l’intersyndicale que la ministre des Outre-mer a reçu les salarié-e-s du privé et du public en grève le 10 novembre. Les réponses du gouvernement sont demeurées insatisfaisantes, malgré les successions de rencontres qui ont eu lieu ce même jour (le matin avec la ministre et avec le préfet puis avec les conseillers de la ministre des Outre-mer l’après-midi).

En effet, s’agissant du secteur privé, l’intersyndicale doit encore insister auprès du gouvernement sur la transposition immédiate du code du travail [1]. S’agissant du secteur public, même si un travail d’état des lieux de l’ancienneté générale de service des agents intégré-e-s dans les fonctions publiques doit être mené, le gouvernement doit préalablement acter le principe de la reprise en compte de leur ancienneté et fixer un calendrier de mise en œuvre.

Par ailleurs, l’intersyndicale regrette le fait que la ministre n’ait daigné évoquer les revendications relatives à l’indexation des salaires sur la cherté de la vie ainsi que l’attractivité du territoire et déplore le fait que les sanctions prises à l’encontre des responsables syndicaux et agents ou agentes en lutte n’aient pas été abordées.

Le mouvement de grève, hélas, a été suspendu du fait des attentats du 13 novembre à Paris et de la mise en place de l’état d’urgence. Ce qui est dommage car il était en pleine montée en puissance. L’intersyndicale FSU, Solidaires, CFDT, FAEN [2], CGT et FO demeure, néanmoins, unie et joue le jeu de la mobilisation. Il y a de toute manière une indéniable volonté d’en découdre. Début 2016, la lutte devrait repartir...

Ce mouvement de colère fait suite à un autre de 2011…

Abderrahmane Abdelhaoui : Le 31 mars 2011, Mayotte est devenue officiellement le cent-unième département de France et cinquième département d’Outre-mer. Dès l’automne 2011, d’importants mouvements de contestation contre l’augmentation du coût de la vie bloquent l’activité de l’île. Le gouvernement nomme alors un médiateur afin de dénouer la crise. Pendant plusieurs semaines, des manifestations sont organisées contre la vie chère. L’île est progressivement paralysée. La violence des forces de l’ordre est inouïe. Les gendarmes chargent à plusieurs reprises les cortèges. Un manifestant meurt. Un autre est grièvement blessé. Les médias de la métropole observent un silence général sur les événements.

Lire la suite de l’article



 
☰ Accès rapide
Retour en haut