Communiqué du village Anti-OTAN

La répression a commencé avec la cuisine ! La liberté a fini à la poubelle !

Version imprimable de cet article Version imprimable


Hier (31 mars 2009) la répression est montée d’un cran. A midi, des membres de la cuisine autogérée Le Sabot qui se rendaient au village Anti-OTAN ont été bloqué-e-s à la frontière franco-allemande.

La bonne raison que les autorités avaient d’empêcher ces dangereu-ses-x terroristes d’entrer sur le territoire français est qu’il transportaient des armes : des couteaux de cuisines !

Par cette décision les autorités tentent d’affamer la contestation. D’autres personnes furent interdites de territoire sous prétexte de clous, de marteaux et autres outils nécessaires à la construction du village.

Depuis le début du village la police fait régulièrement des incursions contrairement aux engagements pris durant les négociations avec la préfecture. Cette nuit, les forces de police ont jeté 6 grenades assourdissantes sur l’équipe de sécurité du village. Dans le même délire paranoïaque, de plus en plus de personnes sont arrêtées autour de Strasbourg alors même que le contre-sommet n’a pas commencé.

Aujourd’hui à 12h00, au pont de l’Europe, nous appelons, à un rassemblement en solidarité avec les arrété-e-s et les gens bloqués à la frontière. Puis nous rejoindrons la Parade Solidaire contre le Cirque Sécuritaire [1]..

Nous ne les laisserons pas nous priver de nos libertés !

La révolution commence dans la cuisine...

[1Départ à 13h30 du rond point de l’Esplanade à Strasbourg

 
☰ Accès rapide
Retour en haut