A Contre Courant : Opération Sarkonimo : goupillée !

Version imprimable de cet article Version imprimable


Au Fouquet’s, en terrasse, à midi, mi-mai. Les mets et les vins sont délicieux. Mais l’ambiance, dégueulasse. Tout le contraire de celle, euphorique, du 6 mai 2007, malgré la présence d’une partie des convives d’il y a quatre ans. C’est que les temps ont changé : les intérêts de classe, alors favorisés, sont aujourd’hui menacés.

– Vous avez vu les sondages ? Désastreux !... Et il va s’agripper à l’Elysée sans vouloir entendre raison. Comment s’en débarrasser ? Les propositions fusent, émises sur le ton tranchant de ces puissants managers auxquels rien ne résiste. Délirent-ils pour se défouler, ou passeraient-ils à l’acte si nécessaire ?

– Géronimo a été une réussite. Si on héliportait un commando au-dessus de l’Elysée ?...

– Obama va nous dire qu’il a déjà donné et Juppé n’osera pas...

– Ça manque de poésie, mais l’idée pourrait sûrement séduire Dominique Marie François René Galouzeau de Villepin...

– Mais il n’a plus les moyens. Et il a tant à faire avec le listing Clearstream...

– Du curare ?... Même Chevènement y a résisté !

– La noyade ?... Là, c’est Fillon qui s’opposera, craignant trop que Boulin refasse surface.

Si ces échanges soulagent un peu, le silence qui suit reste pesant. Il est progressivement envahi par le ronronnement régulier et si caractéristique du moteur d’une Porsche qui s’approche et qui agit comme une mélodie de ralliement rassérénante. La tablée, soudain plus inspirée, converse alors sur un ton presque amène :

– Ah ! si cela pouvait être LUI !... A voir les éminents services qu’il a rendus à Washington, on peut être sûr qu’à Paris il aurait fait merveille.

– Certes, mais tout n’est pas perdu, chers amis. On a vu dans le passé qu’on peut jouer d’autres cartes : les impatiences socialotes sont nombreuses et presque toutes en capacité d’envahir l’Elysée en mai prochain, sans nous faire courir de risques sérieux de débordements ultérieurs.

– Vous m’avez convaincu ! Et en tant que responsable de médias, je peux vous assurer que les photos de l’assaut final seront largement diffusées. Pas de censure : je tiendrai à ce que chaque citoyen ait la possibilité le soir à 20 heures de transformer son salon en « salle de crise » pour visionner la scène en direct !

– A programmer le 22 avril 2012 à 20 heures ou le 6 mai 2012 à 20 heures ?

– On verra... Il faudra aussi songer à organiser le 1er mai 2012 sur le modèle du 1er mai 2002.

L’opération sarkonimo une fois goupillée, l’atmosphère est beaucoup plus détendue. Les convives finissent par trinquer joyeusement, s’extasiant sur les fabuleuses ressources que recèle notre belle démocratie.

 
☰ Accès rapide
Retour en haut