Darcos, premier flic de France

Version imprimable de cet article Version imprimable


Avec Xavier Darcos au congrès de la PEEP, la fédération des parents d’élèves de droite, on pouvait s’attendre au pire. Face à un public présumé acquis, le bougre s’est enflammé.

Invoquant une prof de collège poignardée, Darcos inflige non pas une mais deux mesures sécuritaires ! D’une part que les profs puissent fouiller au corps les élèves, et d’autre part, que soit mise en place une police des écoles sous l’autorité des recteurs.

La « violence scolaire » fait peur et Xavier Darcos compte bien surfer dessus. Attention à la vague !

Qu’on annonce 34 000 suppressions de postes dans la fonction publique, dont un bon paquet dans l’Éducation nationale n’émeut pas le sinistre. De là le légitime tollé face à ces mesures (même au sein de la PEEP !).

De l’école au lycée, les équipes éducatives le disent et le répètent : face à la « violence » – qui s’exerce principalement entre élèves – il faut des pédagogues formés.

Il faut des psychologues, des infirmières, des CPE, des surveillantes et des surveillants… et des profs, pas des flics ! Il faut des effectifs de classe décents et pas 35 collégiens entassés dans une salle fermée de 30 mètres carrés !

Que dire des enseignants « bombardés » dès la sortie de la fac, sans année de préparation dans le métier ? C’est cela que fait le gouvernement en supprimant l’année d’IUFM avec sa réforme de la mastérisation.

Darcos, en bon sarkozyste, a compris que la seule destruction du service public ne suffisait pas. Comptabiliser les « victimes » des violences scolaires : voilà un efficace supplément d’âme sarko-médiatique. Et si, à l’heure des élections européennes, ça permet de rappeler à l’électorat d’extrême droite que le gouvernement compte bien reprendre à son compte le programme lepéniste, tant mieux !

Les flics « éducatifs » de Darcos, c’est, au quotidien, l’école de la peur pour chaque élève. C’est ce que nous refusons, défendant pour notre part une école émancipée du tout-sécuritaire.

Alternative libertaire, 27 mai 2009

 
☰ Accès rapide
Retour en haut