Lire : Corouge & Pialoux, « Résister à la chaîne »

Version imprimable de cet article Version imprimable


Fruit de nombreuses discussions et échanges entre un ouvrier spécialisé de l’usine Peugeot de Sochaux, Christian Corouge, et un sociologue, Michel Pialoux, enregistrés au cours des années 80, Résister à la chaîne constitue un ouvrage important, en ce qu’il donne à saisir, dans les propos de Christian Corouge, la vie à l’usine, mais aussi la vie hors usine et l’importance des multiples formes de résistances, collectives et individuelles, face à l’ordre usinier. Plus qu’un témoignage, ce dialogue constitue une manière réflexive de retracer les expériences singulières d’un militant ouvrier, ouvrant la voie à une approche située et compréhensive des réalités du travail à la chaîne, mais aussi du travail militant.

L’expérience, au cours des années 70, de la rencontre avec des intellectuels pour la réalisation de films militants, marque Christian Corouge. Il a une conscience aiguë du potentiel émancipateur que peut apporter le combat culturel, et cette conscience marquera sa trajectoire, les formes que revêt son militantisme, et le regard qu’il porte sur les rapports de force à l’intérieur des structures syndicales. On saisit alors l’importance de l’accès à la prise de parole pour les ouvriers spécialisés (OS), mais aussi les immigrés puis plus tard les intérimaires, face aux ouvriers professionnels (OP) au sein de la CGT, en lien avec les divisions statutaires traversant les groupes ouvriers de l’usine. Car si la question de l’autonomie se pose dans le travail, elle se joue également au sein des instances de mobilisation collective, dominées par les OP. Christian Corouge porte alors un regard précis sur les conditions de travail à la chaîne, la fatigue physique et la dureté de certains épisodes de répression, avec une préoccupation récurrente, celle des conditions concrètes d’élaboration de revendications qui soient discutées et portées par les OS eux-mêmes.

Du durcissement des formes d’encadrement et de contrôle au travail, aux grands mouvements de grève qui mobilisent l’usine, en passant par les difficultés personnelles, ces échanges entre Christian Corouge et Michel Pialoux montrent combien le combat politique est à mener sur tous les fronts.

Violaine (AL 93)

 
☰ Accès rapide
Retour en haut