Edito : Comme une impression de déjà-vu

Version imprimable de cet article Version imprimable


Comme prévu, la rentrée va être agitée par la cinquième «  réforme  » des retraites en vingt ans  ! Mais cette fois-ci, la gauche est au pouvoir !
Loin de nous rassurer, cela inquiète plutôt tant on connaît l’habileté du PS pour faire passer dans
le feutré des saloperies qui feraient rougir la droite. Songeons un instant aux privatisations massives du gouvernement Jospin (l’équivalent de 31 milliards d’euros en quatre ans, contre « seulement » 26 milliards pour les gouvernements de Balladur et Juppé dans les quatre années précédentes !).

Alors certes, l’allongement de la durée des cotisations à 43 ans est repoussé à 2020. Quand on pense qu’il y a 3 ans, le PS
se prononçait contre le passage à 42 ans, on n’ose pas imaginer jusqu’où ils iront d’ici 2020 ! Bien sûr, les cotisations seront augmentées… autant pour les salariés (dont les salaires réels baissent depuis des années) que pour les patrons (dont les profits explosent)…
ça c’est de l’égalité !

Si en plus on rajoute un petit coup de pouce au patronat avec une énième «  baisse du coût du travail  », et un «  compte personnel de prévention
de la pénibilité  » (un nom qui sent bon le remue-méninges d’attachés de presse), ça devrait passer comme une lettre à la poste (privatisée), non  ?

Une journée de grève est prévue le 10 septembre… depuis le 5 juillet. Pourtant on ne peut pas dire que l’été ait été agité par la préparation de l’événement ! Faut dire que pour certains syndicats, ça n’est qu’un passage obligé.
Pourtant en 2010, la mobilisation du 7 septembre avait été préparée avant l’été par
des équipes syndicales très mobilisées. Mais les temps changent… Certains préfèrent passer l’été
à tailler le bout de gras à Matignon, c’est plus sympa que coller des affiches !

Malgré tout, il reste une revanche à prendre. Il ne faut pas croire que les travailleurs et travailleuses fermeront leur gueule pendant qu’on leur vole encore un ou deux ans
de leur vie !

Alternative libertaire, le 28 août 2013

 
☰ Accès rapide
Retour en haut