Revue

Lire : « La Nuit rwandaise »

Version imprimable de cet article Version imprimable


Enquêtes, récits, témoignages, interviews… les 29 textes du troisième numéro de cette revue d’étude du génocide rwandais laissent le lecteur sonné. Cécile Grenier a passé six mois au Rwanda à recueillir les témoignages. On y apprend que les Français à l’époque étaient surnommés « Interahamwe blancs »… Les Interahamwe étaient les milices génocidaires équipées de machettes par le pouvoir de Kigali. Bruno Gouteux interviewe Martin Marshner, ancien cadre du Crédit national (aujourd’hui Natexis), qui explique comment « l’argent de [ses] clients à servi au financement du génocide par la France ». Un gros dossier traite de l’œuvre du révisionniste Pierre Péan, poursuivi en justice il y a quelques mois par SOS-Racisme pour ses propos sur la « race » tutsie, « l’une des plus menteuses qui soit sous le soleil »…

Toutes les infos sur www.nuitrwandaise.net

La Nuit rwandaise n°3, éditions Ibuka/Esprit frappeur, 484 pages, 10 euros.

 
☰ Accès rapide
Retour en haut