Après 1 mois de mobilisations Macron recule :

Maintenant nous devons avancer !

Version imprimable de cet article Version imprimable


« Jupiter recule », il n’est donc pas invincible ! La mobilisation des Gilets jaunes démontre qu’il est possible de gagner. Mais attention : défiscalisations et baisse des cotisations sociales ne sont pas de vraies victoires... Tous et toutes ensemble pour la grève, le blocage, le sabotage !

Macron recule

Là où les journées de grève n’avaient pas suffi à gagner, les occupations, blocages, filtrages et les combats de rue dans Paris et dans maintes grandes villes ont contraint le gouvernement à reculer. Reste à débattre entre syndicalistes de la méthode qui gagne : incontestablement la détermination des manifestant.e.s face aux policiers à été décisive. Non seulement il était indécent de la condamner, mais il serait stupide de l’ignorer. À défaut de mobilisation massive dans les entreprises, la radicalité dans la rue vient de démontrer une efficacité réelle. À nous de savoir la combiner avec la capacité des salarié.e.s à entrer en grève

Macron persiste

Sur la CSG pour les retraites de moins de 2 000 euros, il s’agit incontestablement d’une victoire. Mais pour l’essentiel Macron maquille ses concessions par des artifices grossiers : l’augmentation des smicard.e.s sera payée par l’impôt de tous et toutes et non par les patrons !!! Il persiste à détruire la solidarité des prestations sociales en affaiblissant les cotisations et l’impôt : ces fausses solutions qui à court terme peuvent séduire (heures supp) continuent en fait de détruire les services publics qui ne seront plus financés.

Macron et les patrons

Les capitalistes ont soutenu Macron pour les dernières élections. Et Macron leur a bien rendu avec le CICE (40 milliards en 2019), l’abolition de l’ISF, la flat-taxe, l’exit- taxe...). Ni droite ni gauche qu’il disait pour répondre aux colères populaires contre les trahisons répétées de la « Gauche ». Mais les capitalistes pourraient très vite revenir vers la droite classique ou le PS pour pérenniser leur système et leurs avantages si Macron s’avère définitivement grillé. Mais si la démission de Macron ou la dissolution de l’Assemblée nationale serait le révélateur d’une crise politique majeure, cette crise ne serait en rien résolue par un changement de personnel politique et la remise en selle de nos vieux politicards professionnels ou du RN de Le Pen.

Ce qu’il faut aujourd’hui c’est construire un large mouvement social capable de défier et contester le pouvoir, à la fois autour des gilets jaunes représentatifs de leurs blocages et des gilets rouges représentatifs du blocage de leurs entreprises. D’ailleurs nos gilets sont jaunes et rouges !

Révolution ou rafistolage ?

Dans la mondialisation capitaliste, il n’y a pas de demi- mesure possible. On continue comme maintenant ou bien on change tout. Soit on persiste à délocaliser et transporter les productions à travers toute la planète au moindre coût social soit on ramène les productions au plus près des consommations et on brise le dumping social et écologique. Le communisme libertaire propose une alternative politique pour réconcilier la lutte pour la fin de mois et contre la fin du monde !

Le tract en pdf
 
☰ Accès rapide
Retour en haut