Post-CPE : L’acharnement répressif se poursuit…

Version imprimable de cet article Version imprimable


Suite au mouvement contre la loi dite d’égalité des chances, notre camarade Tristan (AL Rennes) a déjà subi trois plaintes, dont deux se sont soldées par des procès. Nous en avons déjà parlé dans Alternative libertaire ces derniers mois. C’est un même professeur qui est à l’origine des deux procès. Porte-parole des antigrévistes pendant la lutte, il est également élu au conseil d’administration de l’université de Rennes-II. Les procès ne semblent plus suffire puisque, lors du CA d’octobre, la CFDT a exigé que des sanctions soient prises à l’encontre du syndicat Sud-Étudiant, dont fait partie Tristan. Celui-ci devait passer en commission disciplinaire le 28 novembre pour “ insultes ” envers un professeur.

Il risquait l’exclusion de la fac et l’interdiction de passer des examens pendant une certaine période… Finalement, la commission ne s’est même pas tenue ! Sous la pression d’une intense campagne syndicale et politique (le jour même, un rassemblement de protestation réunissait encore 150 personnes), le professeur à l’origine de la plainte a préféré renoncer. Par ailleurs, vendredi 10 novembre, Jean-Pascal et Valentin, tous deux militants d’AL, ainsi que Reda et Pierre-Louis, étaient condamnés par le tribunal d’Aix-en-Provence. Dans la foulée du mouvement anti-CPE, ils avaint été accusés tous les quatre de rébellion et de violence envers des agents de la force publique dans l’exercice de leurs fonctions.

La condamnation est très lourde : quatre mois de prison avec sursis pour Jean-Pascal, deux mois pour les autres. À cela s’ajoutent 5 800 euros d’amende à titre de dommages et intérêts. Le tribunal a en outre demandé une expertise, à rendre le 21 juin, concernant l’arrêt de travail d’un mois d’un des policiers. Nos camarades pourraient avoir à payer le mois de salaire du flic. Les trois autres policiers, constitués en partie civile, ont également la possibilité de demander une expertise. Le montant à payer pourrait s’élever à… 12 000 euros en tout ! Devant le risque d’une condamnation plus élevée, nos camarades ont choisi de ne pas faire appel. Les organisations syndicales, qui ont soutenu nos camarades d’Aix depuis le début, les ont assurés de leur soutien financier, mais la somme reste colossale. La souscription de soutien, que nous avons lancée en juin dernier, se poursuit.

…et la souscription de soutien à AL aussi !

Pour aider nos camarades faisant face à la répression, vous pouvez ainsi envoyer un chèque à l’ordre de SIA, en inscrivant au dos “ Solidarité répression ”, à Alternative libertaire, BP 295, 75921 Paris Cedex 19. Nous en profitons pour remercier chaleureusement les dernier-e-s souscriptrices et souscripteurs, pour leur geste de solidarité avec nos camarades :

Organisation socialiste libertaire (Suisse) 313 euros ; Collectif des libertaires du Loiret 110 euros ; Eliane S. (Castres) 40 euros ; François C. (Le Lude, Sarthe) 100 euros ; Lionel G. (Bourg-en-Bresse) 25 euros ; Gilles D. (Vouziers) 15 euros ; Jean-Luc D. (Nérac) 50 euros ; Françoise de M. 50 euros ; Jean-François P. (Saint-Père) 20 euros ; Gérard D. (Cuers) 20 euros ; Gilbert E. (Nîmes) 30 euros.

 
☰ Accès rapide
Retour en haut