mercredi, 1er octobre 2014
 
 

CFDT : Désaffiliations en série

Version imprimable de cet article Version imprimable


Depuis le mois dernier, les principaux événements concernant la suite de la crise qui secoue la CFDT depuis le mois de mai se sont concentrés sur deux structures : l’Union régionale interprofessionnelle Auvergne et la branche cheminots.

En Auvergne, lors du congrès extraordinaire du 13 octobre, 31 syndicats (60 % des syndicats de la région) ont approuvé (à 96,15%) le rapport proposé par le bureau régional condamnant la politique confédérale. Dans la suite, plusieurs syndicats locaux et une union départementale (Haute-Loire) ont décidé leur autodissolution. L’orientation majoritaire est le passage à la CGT (voté par exemple par le congrès de l’union départementale CFDT Haute-Loire), sans que cela soit pour l’instant précisément mesurable en nombre de syndicats et d’adhérent(e)s.

Les cheminot(e)s ont tenu leur assemblée générale le 6 novembre ; comme nous l’expliquions dans les numéros précédents, la ligne de ralliement à la CGT que voulait imposer le bureau national s’est heurté à un problème : le refus de nombreuses équipes locales et régionales qui avaient fait le choix de SUD-Rail.

La « marche forcée » imposée par le bureau national a eu comme premier effet une démotivation de beaucoup de militant(e)s. Certains(e)s partant sans même attendre l’AG, d’autres décidant de finalement rester « pour l’instant » faute de perspectives, l’hypothèse SUD-Rail étant soigneusement cachée dans certaines régions.

Résultat : c’est par 50,16 % des mandats seulement que la désaffiliation a été approuvée. Quant au second vote, sur l’adhésion collective à la CGT, le bureau national l’a annulé au dernier moment préférant éviter que les chiffres ne démontrent le caractère minoritaire de ce choix.

Reste à savoir, comment se situeront désormais ce qui devrait être les deux principales forces syndicales de la SNCF, CGT et SUD-Rail, notamment en terme d’unité d’action, de formes de luttes.

N’en déplaise à Chèrèque, le mouvement de désaffiliation de la CFDT est le plus important jamais connu par cette centrale et il va se poursuivre.

M. C. (AL Transcom)