Chili : la peur va changer de camp !

Version imprimable de cet article Version imprimable


Mercredi 25, lors de la marche pour la légalisation de l’avortement au Chili, trois manifestantes ont été poignardées par des militants d’extrême droite. Alternative Libertaire condamne les violences à l’encontre du mouvement féministe au Chili et de ses militantes, désormais hors de danger. Nous reproduisons ici le communiqué commun de 2 coordinations féministes chiliennes : Coordinadora Feministas en Lucha et Coordinadora Feminista 8M. 

À Santiago, le 26 juillet 2018

La journée de mobilisation du 25 juillet nous a montré quelle est la capacité de revendication féministe pour les droits des femmes au Chili. Cette 6e marche pour l’avortement libre, légal et gratuit a connu un soutien sans précédent : 18 manifestations ont été organisées dans différents villes, des milliers de personnes sont descendues dans la rue.

C’est dans ce cadre que quelques petits groupes ont organisé des contre-manifestations et ont attaqué directement trois manifestantes à coups de couteau, mettant ainsi en évidence son impuissance face à nos avancements. Ces groupes d’extrême droite, fascistes et fondamentalistes ont surgi au cours de ces dernières années avec le consentement et le silence complice des médias – qui ont énormément contribué à légitimer leurs discours – et des vastes secteurs politiques.

Voilà le contexte des attaques du 25 juillet, ainsi que celles effectuées dans le passé contre les populations immigrées, la dissidence sexuelle et tout.e.s celles et ceux qui s’organisent pour en finir avec la vie précaire que le Chili leur propose comme seule alternative. C’est pourquoi il est aujourd’hui absolument nécessaire pour l’ensemble du mouvement social de faire face à ces violences.

La journée du 25 juillet a une dimension historique que ces faits ne sauraient pas affaiblir. Nous l’affirmons : le féminisme s’est installé au Chili, nous avons poussé les frontière du possible et nous devons aujourd’hui continuer à avancer vers la conquête d’une vie digne et libre. Ces derniers ont diffusé l’identité des femmes agressées, sans leur consentement, ce qui en fait une cible facile de possibles représailles, les re-victimise et contribue à son exposition publique.

Nous continuerons notre lutte contre le fascisme jusqu’à ce que tout le territoire devienne féministe.

Coordinadora Feministas en Lucha (sur Facebook)

Coordinadora Feminista 8M (sur Facebook)

 
☰ Accès rapide
Retour en haut