Edito : La guerre lui va si bien

Version imprimable de cet article Version imprimable


En voyant avec quel entrain notre président prépare une intervention militaire en Syrie, on pourrait croire qu’il regrette le bon vieux temps de la guerre au Mali. C’est vrai qu’il s’agit de la seule période où sa popularité avait augmenté. Seulement de deux à quatre points (selon les divers instituts de sondages). Avec une « opération extérieure » qui a coûté 200 millions d’euros rien que pour ses trois premiers mois, ça fait cher le point de popularité. Mais cette fois-ci, le petit François a failli se retrouver parachuté bras droit d’Obama… après défection de tous les autres alliés. Quelle promotion !

Mais malgré le cynisme de ces gens-là, on ne fait pas une guerre seulement pour gagner des élections. Des raisons qui paraissent valables à nos élites, il y en a : acheminement du gaz et affaiblissement des alliés de la Syrie (Russie, Iran...), par exemple. On commence un peu partout à savoir qu’en Syrie, comme en Afghanistan, ou ailleurs, les missiles franco-américains n’aideront pas ceux et celles qui combattent depuis des années contre un régime criminel. Surtout quand ces mêmes combattants et combattantes doivent maintenant subir les djihadistes qui viennent imposer leur loi dans des zones « libérées ».

Ni guerre civile, ni complot de l’occident contre le leader populaire Assad (comme le présentent certains « pacifistes » fachos ou rouges-bruns), ce qui se passe en Syrie est avant tout une révolution populaire. Ce n’est certainement pas d’un gouvernement qu’elle devrait attendre de l’aide, mais des exploité-e-s à travers le monde. Contre la guerre d’Obama et de Hollande, mais pour ceux et celles qui luttent en Syrie, c’est à nous d’agir !

Alternative libertaire, le 29 septembre 2013

 
☰ Accès rapide
Retour en haut