Lettre des communistes libertaires de Seine-Saint-Denis - N°5

Version imprimable de cet article Version imprimable


Lettre des communistes libertaires de Seine-Saint-Denis
N°5 - Septembre 2009. Version noir et blanc.
Lettre des communistes libertaires de Seine-Saint-Denis
N°5 - Septembre 2009. Version couleur.

Nous n’aurons que ce que nous prendrons

Ce n’est pas la crise pour tout le monde. La bourse Euronext (qui intègre la bourse de Paris) a augmenté de 56% en 6 mois (entre le 6 mars et le 8 septembre). Elle a retrouvé son niveau d’octobre 2008.

La banque BNP-Paribas prévoit déjà plus d’un milliard d’euros pour gaver ses traders. La banque américaine Goldman-Sachs a, quant à elle, mis de côté 11,3 milliards de dollars pour les bonus !

Comment est-ce possible ? En licenciant, en délocalisant, en gelant les salaires, la « crise » servant de prétexte magique et universel pour siphonner la richesse produite par les travailleurs et les travailleuses au profit des spéculateurs, des bouriscoteurs, des actionnaires, des patrons, bref au profit de ceux et celles qui ont provoqué cette crise.

Chez Continental, Good Year, New Fabris, SBFM, dans des milliers d’entreprises et d’usines, les salariés et salariées se sont mobilisés et ont lutté pour faire valoir leurs droits face aux rapaces de la finance et au patronat. Et ils ont réussi à obtenir bien plus que ce que le patronat comptait donner. Mais des travailleurs et des travailleuses qui se rebiffent, ça ne plaît pas à la bourgeoisie et au gouvernement qui défend ses intérêt. Alors on fait intervenir une « justice » de classe pour taper sur nos camarades en lutte. C’est ainsi que des travailleurs et travailleuses de Continental ont été condamnés alors même que leur patron-voyou et les actionnaires-escrocs ne sont pas le moins du monde inquiétés pour leur terrorisme social !

Cet acharnement judiciaire, en fait, confirme que ces luttes sont ce que le pouvoir redoute le plus. Raison de plus pour continuer, partout, à lutter, pour coordonner ces luttes et les étendre.


Bondy : le maire et les roms

Le maire de Bondy se vante par courrier distribué dans les boites aux lettres bondynoises de s’être mis d’accord avec la préfecture pour procéder à l’évacuation des campements de roms installés le long du canal de l’Ourcq, y compris « avec le concours de la force publique », c’est-à-dire en envoyant les flics contre des populations dans la misère. Plutôt que de les aider, l’Etat et la mairie préfèrent aggraver la situation en détruisant le camp qui est leur seul bien, et déplacer le « problème » en obligeant les roms à se réinstaller un peu plus loin. Pour le maire de Bondy, la question principale serait que les roms ne sont pas assez « respectueux de leur environnement » (sic !).


Agenda

Samedi 12/9, marché de Noisy-le-Sec : venez nous rencontrer au marché de Noisy-le-Sec où nous vendons le mensuel Alternative libertaire le 2e samedi de chaque mois.

Jeudi 17/9, 11h, Bourse (Paris 2è) : rassemblement métallurgie et chimie pour une politique industrielle garantissant les emplois.

Mardi 22/9 : grève des postiers, à l’appel de l’intersyndicale, contre la privatisation du service public postal.

Samedi 26/9, gare RER de Bondy : venez nous rencontrer au marché de Bondy-sud où nous vendons le mensuel Alternative libertaire le 4e samedi de chaque mois.

Samedi 3/10 : « votation citoyenne » pour la défense du service public postal. Plus d’infos : www.appelpourlaposte.fr et defense-poste-93.over-blog.com.

Mercredi 7/10 : Journée mondiale pour le travail décent, appel intersyndical à la mobilisation.

Samedi 17/10 : commémoration du massacre du 17 octobre 1961.

Samedi 17/10 : journée mondiale du refus de la misère.

Samedi 17/10 : manifestation nationale pour le droit des femmes.

Samedi 5/12 : moblilisation annuelle des chômeurs et chômeuses.


Ils ont lutté, ils commencent à gagner !

Bondy

Sur les 40 dossiers de régularisation des résidents de la clinique Michelet à Bondy, 26 ont reçu une réponse favorable. Dans 10 cas, la préfecture a donné oralement une réponse positive, mais n’a pas concrétisé ces promesses par le moindre document. Mais surtout, 4 refus « fermes et définitifs » ont été opposés aux résidents, sans justification. En réalité, il s’agit d’une décision idéologique et comptable de principe : ne pas donner 100% de régularisation. Cette logique mesquine va briser des vies. Nous la refusons et nous continuons à nous battre pour que tous sans-papiers du 50 rue Michelet à Bondy soient régularisés.

Durant l’été, pour la première fois depuis le dépôt des dossiers, un résident du 50 rue Michelet a été placé en centre de rétention. Il a heureusement été libéré grâce à la mobilisation des soutiens.

Noisy-le-Sec

Lors de la victoire aux élections municipales en 2008 à Noisy-le-Sec, la liste PS avait pris des engagements afin de lutter contre la précarité sévissant au sein de la collectivité territoriale. Sauf que rien n’arrivait. L’Union locale CGT a décidé de prendre aux mots la mairie et ses engagements électoraux. Résultat du recensement des précaires employé-e-s par la ville ? Plusieurs dizaines de salarié-e-s précaires depuis plusieurs années, voire pour certain-e-s depuis 10 ans !

Le « bureau de titularisation » de la CGT a rappelé à l’administration les engagements de l’équipe municipale actuelle à l’époque où celle-ci faisait campagne et a obtenu deux vagues de titularisation, entraînant l’embauche définitive de 2 fois plus de 80 salarié-e-s.

Blanc-Mesnil

Après quasiment six mois de lutte à l’usine de réception de jouets Canal Toys, dont deux semaines de piquet, les choses commencent à prendre une tournure enfin favorable pour nos camarades sans-papiers. Dans le 93, les cinq salariés qui habitent le département ont tous été régularisés. Dans le 94, les deux dossiers ont été transmis au service préfectoral de la Main-d’Oeuvre Etrangère (MOE), avec avis favorable. La situation est identique pour les deux autres travailleurs habitant le 95. Enfin, le dossier du salarié résidant à Paris a été transféré.

La préfecture du 93 nous avait assuré être notre seul interlocuteur dans le traitement des dossiers, mais cette promesse (qui n’engage que ceux qui y croient, comme on l’a bien compris !) s’est soldée par le redispatching des dossiers dans les autres préfectures d’Ile-de-France cet été ! Coup dur ! La procédure sera donc plus longue. Mais l’employeur, acquis à notre cause depuis les deux semaines de piquet qu’on lui a infligées en avril dernier, a envoyé une lettre en recommandé avec accusé de réception afin d’obtenir le récépissé avec autorisation de travail permettant au camarade de retourner travailler avec les autres dans la boîte.


Gros menteurs

- 36 Rafales vendus au Brésil, 5000 emplois sauvés ? Gros menteur ! Seuls 6 engins de mort seront construits en France, les autres le seront au Brésil grâce au transfert de technologie. Sarko booste l’emploi... brésilien.
- La visite de Luc Chatel dans un supermarché à l’occasion de la rentrée était bidonnée. Les parents d’élèves si contents de sa politique étaient des militants UMP ! Idem pour la visite magouillée de Sarko à l’usine Faurecia : les employés avaient été sélectionnés pour leur docilité et... leur petite taille !
- Le Conseil d’Etat exigerait de supprimer les 2 années de cotisation retraite en moins par enfant pour les femmes ? Gros menteurs ! Il dit qu’il ne faut pas de discrimination entre hommes et femmes, donc que les hommes peuvent avoir le même « bonus », pas qu’il faut rogner celui des femmes !

 
☰ Accès rapide
Retour en haut