Saint-Gobain : Patronat à l’offensive, débandade des syndicats

Version imprimable de cet article Version imprimable


Le 25 mars 2013, en conseil d’entreprise extraordinaire, la direction du groupe Saint-Gobain annonce la fermeture du site d’Auvelais en Belgique, 263 emplois sont directement touchés.

Le site de Saint-Gobain Auvelais (Sambreville, Belgique) est spécialisé dans la fabrication de pare-brise en verre feuilleté pour voiture. La direction du groupe a décidé de sa fermeture mettant en avant la baisse du chiffre d’affaire de 60 % depuis 2006.

Dès l’annonce de la fermeture, le personnel a décidé de se mettre en lutte. Après 40 jours de grèves, les salarié-e-s reprennent le travail. Les organisations syndicales – Confédération des syndicats chrétiens (CSC) et la Fédération générale du travail de Belgique (FGTB) – ont travaillé sur des solutions de reconversion du site pour garder une activité. Mais Saint-Gobain ne souhaite pas parler de reconversion industrielle et affirme sa volonté de fermer le site.

Le 29 mai, lors d’un comité de groupe européen au siège de Saint-Gobain à la Défense (Paris), les camarades belges organisent un rassemblement, 120 salarié-e-s belge font le déplacement, plus une petite cinquantaine de représentants syndicaux français présents en solidarité.

Ce déplacement n’a pas mobilisé énormément de camarades belges, une partie des salariés étant déjà résignés et dans la perspective de négocier des primes de licenciement. Ce jour-là la présence policière était plus importante que celles des salarié-e-s du groupe.

Nous pouvions lire sur le visage des camarades belges le désarroi face à cette situation, certains accusant même les syndicats d’avoir été trop gentils avec la direction. Le directeur général du groupe Pierre-André de Chalendar a tout de même bien voulu accorder quelques minutes de son temps pour recevoir une délégation des « p’tits belges », ce qui a juste permis que ce « seigneur » leur confirme la fermeture de l’usine.

Résignation et dégoût face au cynisme de la Direction

Suite à cette entrevue les syndicalistes déclarent : « On veut rappeler que les Français ont beau nous appeler “les p’tits belges” on n’en a pas moins été le fleuron du groupe. Récemment encore, on pensait à nous pour réaliser des prototypes, parce qu’on a un savoir faire unique ! Aujourd’hui le personnel ressent la fermeture comme une trahison ». Comme quoi être unique ne veut pas dire intouchable.

Saint-Gobain se veut être le fleuron du dialogue social ! Cela se traduit de la sorte : « Si l’intention de fermeture se confirme, nous conduirons le processus de manière socialement responsable et respectueuse, et nous comptons sur les représentants du personnel pour mener un dialogue efficace, dans un climat d’ouverture et de transparence », selon les dires de la directrice des ressources humaines. La fermeture, confirmée ce 26 juin, sera effective dès septembre, ça c’est de la transparence !

Et la direction peut compter sur le dialogue efficace des représentants syndicaux pour qu’il n’y ai aucune vague, même aucun remous.

Eddy ( AL Douai)

 
☰ Accès rapide
Retour en haut