Théâtre : Hakim, « La Rosa Blanca »

Version imprimable de cet article Version imprimable


La comédienne Maryse Aubert nous a présenté un spectacle tiré du roman du mystérieux et néanmoins reconnu B. Traven. Militant et auteur anarchiste allemand qui immigrera au Mexique, il s’attache dans ses textes à présenter la vie et le combat des indiens face à la montée de l’impérialisme occidental au début du XXe siècle.

La Rosa Blanca est une hacienda qui fait vivre chichement plusieurs familles d’indiens Totonaques (peuple maya de la région Huastèque). Elle est convoitée pour ses ressources souterraines par la Condor Oil company, multinationale américaine. Yacinto Yañes est le propriétaire du terrain tant désiré. Il n’envisage pas le concept de propriété comme les financiers américains. La terre n’est pas à lui, c’est la terre et ses ancêtres et celle de ses enfants. Qui produira le maïs qui nourrira les familles des compadres et comadres qui y vivent et travaillent depuis des générations si il vend le terrain ?

Véritable performance, M. Aubert interprète seule une dizaine de personnages différents. Elle réussit à nous plonger tantôt dans l’atmosphère paisible mais néanmoins rude de l’hacienda et tantôt dans les hautes sphères new-yorkaises où les intérêts personnels d’un patron de multinationale se mêlent à la pression du marché. L’actrice dépeint avec finesse la psychologie de personnages qui auraient pourtant pu être caricaturaux. Seul bémol, l’alternance entre les différents protagonistes peut par moments sembler rapide.

La mise en scène d’Abdel Hakim sublime le travail d’adaptation et d’interprétations du texte. Le résultat est millimétré. Décors et accessoiressont magnifiques car particulièrement inventifs tout en restant sobres. Les jeux de lumière et d’effets sonores ajoutent en profondeur et en intensité.

Bref, une pièce aboutie où le spectateur appréciera l’engagement et la réflexion philosophique sur le sens de la vie face au capitalisme. Les deux dernières représentations auront lieu au théâtre de la Vista à Montpellier les vendredi 15 et samedi 16 avril. En préparation, « Texaco » de l’auteur mmartiniquais Patrick Chamoiseau.

Thibaud W (Marseille)

 
☰ Accès rapide
Retour en haut