CPE 2006

Version imprimable de cet article Version imprimable


En 2006, salarié.e.s et surtout étudiants et lycéens ont obtenu, pour la première fois depuis 1995, une victoire d’ampleur contre une réforme gouvernementale. C’est aussi la dernière en date.

Comment s’y sont-ils pris ? Pourquoi est-ce que ça a marché ?

Rétrospective et leçons à en tirer.

Manif anti-CPE, place d’Italie, 14 mars 2006
cc Thibautcho

Début janvier 2006, Dominique de Villepin, Premier ministre de Jacques Chirac, annonce la mise en place d’un contrat réservé aux moins de 26 ans, le contrat première embauche (CPE), dans le cadre de la loi dite « pour l’égalité des chances », qui prévoit également l’apprentissage à partir de 14 ans, le travail de nuit à partir de 15 ans et la suspension des allocations familiales dans les cas d’absentéisme scolaire. C’est une attaque frontale des classes populaires par le biais de leur jeunesse.

Début février, les étudiants et étudiantes de l’université Rennes-II entament une grève de deux mois avec blocage et occupation, bientôt suivi.e.s par la plupart des établissements d’enseignement supérieur et des lycées.

Début mars, l’occupation de la Sorbonne accélère la mobilisation en Île-de-France. Début avril, alors que les manifestations comptent 3 millions de personnes et que les actions se multiplient quotidiennement, Villepin retire le CPE. Pendant ces trois mois de lutte, le mouvement social n’a pas gagné la guerre, mais au moins une bataille. Salarié.e.s et surtout étudiants et lycéens ont obtenu la première victoire d’ampleur contre une réforme gouvernementale depuis 1995 – et aussi la dernière en date.

Comment s’est construite cette lutte, et que nous apprend-elle sur les difficultés à mobiliser, ­aujourd’hui récurrentes ? Quels ont été ses effets, et qu’en reste-t-il à présent ?

Un dossier coordonné par Julie (AL Saint-Denis), Tristan (AL Toulouse) et François Lopez


Un magnifique portfolio du photographe Thibautcho
Cliquez pour y accéder


Dossier spécial dans AL de mars 2016 :


- Edito : Il y a dix ans, la lutte anti-CPE
- 2006 : déclenchement d’un souffle de révolte
- Repères chronologiques
- Luttes de classes : Flux et reflux des luttes étudiantes
- Syndicalisme étudiant : Qu’avons-nous construit ?
- Interpro : Vers la grève générale ?
- Interview de Mathilde et Jon (militante et militant d’AL) :« Un mouvement vraiment populaire »
- Des livres sur la lutte


Flash-back : En 2006, dans le feu de l’action

Autocollant tiré à l’époque


- Le CPE généralise la précarité, généralisons la lutte ! (Clash, bulletin jeunesse d’AL)
- CPE : La lutte par procuration, ça n’existe pas ! (AL de mars 2006)
- CPE : L’épreuve de force (AL d’avril 2006)
- CPE : Le feu aux poudres ! (AL d’avril 2006)
- Appel à soutien d’urgence : AL en butte à une répression inédite


Dossier spécial dans AL de mai 2006


- CPE : Quand la jeunesse conduit la lutte de classe
- CPE : Le revers de la médaille du « modèle poitevin »
- CPE : Qui a peur de l’auto-organisation lycéenne ?
- CPE : Douze semaines de lutte
- CPE : Mais où sont donc passés les travailleuses et les travailleurs ?
- CPE : Poussée d’acné chez les fafs
- CPE : Réflexion : Violence légale et action légitime
- CPE : L’affaire Cyril Ferez et la fabrique de l’information
- CPE : La crise de régime s’approfondit
- CPE : Panorama des organisations étudiantes


Photo : Départ de manif, le 14 mars 2006, place d’Italie, à Paris 13e. cc Thibautcho

 
☰ Accès rapide
Retour en haut