Cinéma : Patricio Guzmán : Nostalgie de la lumière

Version imprimable de cet article Version imprimable


Nostalgie de la Lumière est un film documentaire sorti en 2010 qui interroge de manière profonde le rapport au passé, avec en trame de fond l’histoire du Chili et plus particulièrement la sinistre dictature militaire (1974-1990) du général Pinochet. Le réalisateur chilien Patricio Guzman, qui a passé la moitié de son existence en exil, a notamment réalisé la saisissante trilogie documentaire La Bataille du Chili (1975-1979) – à laquelle a collaboré Chris Marker – et deux documentaires sur les figures opposées de Pinochet et d’Allende : Le cas Pinochet (2001) et Salvador Allende (2004).

Avec ce documentaire, Guzmán parvient à filmer de manière poétique et paradoxale le désert chilien d’Atacama, avec certains lieux tragiques, et explore de manière philosophique et engagée différentes dimensions temporelles du passé : astronomique, archéologique et historique. Dans ce désert qui est l’un des plus arides du monde, Guzman nous fait ainsi rencontrer plusieurs personnages dont les histoires s’entrecroisent et qui témoignent de l’histoire traumatique de la dictature chilienne. Avec une mention particulière pour ce groupe de quelques femmes qui ratissent cette immensité désertique depuis des décennies avec des moyens dérisoires et recherchent obstinément des restes de leurs disparus [1], la dictature ayant tout fait pour détruire les traces des charniers. À travers ce documentaire peu diffusé au Chili mais récompensé internationalement à sa sortie, Patricio Guzman poursuit son combat contre l’oubli. Il l’affirme en effet : « Un pays sans film documentaire est comme une famille sans album photo ».

À l’heure où vient de s’ouvrir en Argentine le procès historique de vingt-cinq responsables du plan Condor – opération secrète initiée en 1974 avec le parrainage de la CIA par les services secrets d’Argentine, du Chili, d’Uruguay, du Paraguay et de Bolivie rejoints par ceux du Brésil et du Pérou dans le but d’instaurer une campagne internationale d’assassinats, de lutte anti-guérilla et de terrorisme d’État – ce documentaire résonne salutairement.

Marcos Vega (AL Paris Nord-Est)

Nostalgie de la lumière, Patricio Guzmán, 2010, documentaire, 1h30.

Le cinéma indépendant parisien La Clef continue à le projeter chaque semaine. À signaler un autre film sur la dictature chilienne : No, de Pablo Larraín

[1En 2002, il restait encore 1198 disparu-e-s, selon le livre d’Antonia Garcià Castro, La Mort lente des disparus au Chili, Ed. Maisonneuve et Larose.

 
☰ Accès rapide
Retour en haut