Non à la répression contre les Kurdes réfugiés en France

Version imprimable de cet article Version imprimable


Le vendredi 26 février au matin une perquisition a eu lieu au local associatif de la Maison du Peuple Kurde lieu de rassemblement de la communauté kurde marseillaise. Sur ordre du parquet de Paris dans le cadre d’une enquête pour « terrorisme », l’opération a mobilisé pas moins de 15 fourgons de CRS, en plus de la section anti-terroriste de la police judiciaire et de la police scientifique. Bilan de la journée 9 personnes interpelées, certaines ont été libéré mais plusieurs ont été transférées à Paris pour être entendu par un juge anti-terroriste.

Marseille n’est pas la seule ville a avoir été touchée par les perquisitions ce jour là : Montpellier, Draguignan, Grenoble, et même une ferme dans le Larzac ont aussi vue les enquêteurs parisiens débarquer. En Italie ce sont pas moins de 71 personnes arrêtés pour le même motif.

Comme en avril 2007 à Paris et en janvier 2009 à Marseille, cette opération a pour but d’intimider la population kurde réfugiée en France pour favoriser les relations économiques et politiques avec la Turquie.
Nous dénonçons la collaboration policière entre les pays de l’Union Européenne et la Turquie. Nous réclamons la libération immédiate des Kurdes interpellés en France le 26 février, et l’arrêt de toutes poursuites contre eux.

Alternative libertaire, le 3 mars 2010

 
☰ Accès rapide
Retour en haut