Procès de Villiers-le-Bel. Pas de justice pas de paix !

Version imprimable de cet article Version imprimable


Les 25 et 26 novembre 2007, à Villiers-le-Bel (Val-d’Oise), deux nuits de révolte avaient suivi la mort de deux jeunes, Moushin et Lakhamy, percutés par une voiture de police. Dimanche 4 juillet, cinq hommes accusés sans preuves d’avoir tiré contre des policiers lors de ces émeutes ont été condamnés à des peines de trois à quinze ans de prison à la grande satisfaction des policiers et du gouvernement.

Le verdict de la cour d’assises du Val-d’Oise a été accueilli par des cris et des pleurs de la part des parents et des ami-e-s des accusés. Des peines de sept à vingt ans avaient été requises la veille. Abdheramane Kamara et son demi-frère Adama, présentés comme des meneurs des émeutes ont été condamnés respectivement à 15 et 12 ans de prison. Ibrahima Sow et Maka Kante écopent quant à eux respectivement de neuf et trois ans de prison. Quinze ans de réclusion criminelle avaient été requis contre eux. Enfin, Samuel Lambalamba, accusé d’avoir fourni un fusil aux émeutiers a été condamné à trois ans d’emprisonnement. La défense avait demandé l’acquittement pour tous les accusés faute de preuves. A l’issue des émeutes, une vaste opération policière, avec appel à la délation rémunérée et anonyme avait été lancée. Dans le même temps, les policiers impliqués dans la mort de Moushin et Lakhamy avaient écopé d’un non lieu le 13 Octobre 2009.

Ce verdict ignoble et cette justice de classe raciste ont pour but de terroriser la jeunesse ainsi que les habitant-e-s des quartiers populaires, déjà victimes plus qu’ailleurs des discriminations, du chômage et de la précarité. C’est par la mobilisation et la solidarité que nous pourrons briser cette terreur d’Etat

Alternative libertaire, le 5 juillet 2010

 
☰ Accès rapide
Retour en haut