Edito : État d’exception

Version imprimable de cet article Version imprimable


Si le psychodrame de la famille Le Pen a fait penser à quelques commentateurs professionnels que le danger FN allait s’éloigner, comme du temps du clash Le Pen/Mégret, il serait illusoire de le croire.

Les petits jeux auxquels se livrent la droite, le FN ou le PS suivent la même pente glissante.La droite et le PS, qui viennent de voter ensemble la loi autorisant la surveillance généralisée de la population (sans même la nécessité d’une suspicion d’infraction), projettent maintenant un dispositif pour interdire de manifestation « un ou plusieurs individus ». Le but étant naturellement... d’éviter de nouvelles morts de manifestants !

De même, lorsque le maire bleu marine de Béziers fait des statistiques « religieuses » selon les prénoms des élèves de sa ville... il ne fait qu’utiliser le fichier de l’éducation nationale « Base Élève », créé en 2005 et généralisé en 2009... qui n’avait fait réagir que quelques organisations syndicales et associations.

Lorsque la mairie socialiste de Strasbourg programme « l’insertion » des Roms dans un camp fermé, l’indignation reste marginale. Sur le chemin du régime d’exception, nul besoin d’une victoire FN en 2017. Toutes les conditions sont déjà mises en place par les gouvernements successifs. Combattre le danger fasciste, c’est d’abord affronter tous ces gouvernements liberticides et racistes !

Alternative Libertaire, le 1er juin 2015

 
☰ Accès rapide
Retour en haut