Lire : Kristin Ross, « L’Imaginaire de la Commune »




Kristin Ross est notamment connue en France pour son travail sur Mai 68 et ses « vies ultérieures », où elle analysait très bien comment l’événement a été transformé dans l’imaginaire politique français pour abandonner progressivement son caractère subversif. Après avoir abordé la Commune de 1871 par le biais de Rimbaud  [1], elle a publié en janvier dernier un nouvel ouvrage sur la Commune et son imaginaire, qui tente de faire le contraire du « travail » des journalistes sur Mai 68. En partant des personnes, célèbres ou tombées dans l’anonymat, de communards ou observateurs contemporains, elle fait émerger de la Commune de Paris ce qu’elle avait de plus subversif et de plus fécond.

Sans presque aborder le récit des évènements, Kristin Ross s’intéresse à la pensée de la Commune et surtout aux prolongations de cette pensée dans les années sombres qui suivirent la semaine sanglante. Entre le poète anglais William Morris, quelques géographes libertaires tels Élisée Reclus, Pierre Kropotkine, Léon Metchnikoff, l’étonnant Napoléon Gaillard, « artiste chaussurier », et quelques autres, la pensée révolutionnaire de la Commune ne s’est pas arrêtée avec le massacre de mai 1871. Kristin Ross a choisi de laisser de côté tout un pan « néo-jacobin » ou blanquiste de la Commune (pourtant majoritaires aux élections), pour s’intéresser à ceux et celles qui ont, au jour le jour, tenté de mettre en œuvre des projets révolutionnaires dans divers domaines. Elle nous montre comment l’air du temps communard et ses idées sur l’art, le fédéralisme, l’écologie ou l’internationalisme ont survécus au point qu’elles nous semblent aujourd’hui plus contemporaines que jamais.

Gaby L. (AL Alsace)

- Kristin Ross, L’Imaginaire de la Commune, La Fabrique, 2015, 186 pages, 14 euros.

[1Rimbaud, la commune de Paris et l’invention de l’histoire spatiale, Les Prairies ordinaires, 2013.

 
☰ Accès rapide
Retour en haut