Fougères : Genèse d’un groupe féministe

Version imprimable de cet article Version imprimable


À Fougères comme ailleurs, les volontés de travailler autour des questions féministes se multiplient.

Un groupe d’une quinzaine de personnes, composé d’habitants et habitantes et de militants et militantes d’AL et de la France insoumise, avait organisé l’année dernière une action visant à sensibiliser aux problématiques du sexisme. Nous avions donc renommé les rues, puisque seulement 10 % d’entre elles portaient un nom de femme. Cette action a permis que de nombreuses rues soient ensuite nommées par des noms de femmes sur la commune de Fougères. Certes, les militantes que nous avions mises en avant n’ont pas été retenues, au profit de sportives ; mais les rues sont aujourd’hui un peu plus mixtes…

Sur Fougères, comme sur beaucoup de villes de cette taille, les actions du 8 mars sont souvent portées par des institutions qui s’orientent surtout sur un versant culturel ou historique, et dépolitisent cette journée. Les aspects actuels (inégalités salariales, violences faites aux femmes et harcèlement, poussées réactionnaires, remise en cause du droit à l’avortement…) étant alors peu abordés, et les revendications féministes inexistantes. C’est pourquoi des groupes militants ont toute leur place, afin de porter des questions politiques et éviter que cette journée ne devienne une commémoration, teintée de quelques aspects contemporains.

Une quarantaine de personnes, très majoritairement des femmes, ont participé à l’organisation du 8 mars 2018, avec un objectif de prévention autour des questions sexistes par l’intermédiaire d’une crieuse de rue relatant des témoignages. Actions soutenues par une quarantaine de personnes dans la journée, qui ont eu lieu sur trois places différentes.

Reprise en main collective

Cette année, la volonté d’avoir un espace de parole et d’organisation féministes sur la ville a aussi été nommée par plusieurs membres du groupe. Si le 8 mars fait partie des objectifs du groupe féministe, il évolue vers un groupe permanent et permettant d’organiser des actions de sensibilisation (contre les pubs sexistes, afin de faire renommer certaines institutions, telles que les écoles maternelles, la protection maternelle et infantile,…). Il vise aussi à développer des centres de prévention qui ne soient pas institutionnels, tel que le planning familial, ou encore à organiser des conférences.

AL Fougères a aussi porté en mars de nombreuses actions de sensibilisation, par le biais de réunions publiques, sur le genre et l’éducation, et sur les femmes et l’autogestion. L’existence du groupe féministe a pu permettre de dépasser le cadre militant, ainsi qu’à des habitantes et des habitants de s’impliquer.

La naissance spontanée de ce groupe féministe est révélateur d’une volonté de reprendre en main collectivement ces questions et de les faire avancer, notamment par des femmes. Quand on peut légitimement s’inquiéter de la visibilité des groupes réactionnaires, cet effet est à contre-balancer par le fait que de nombreuses femmes souhaitent s’impliquer aujourd’hui sur les questions féministes.

AL 35 Nord-Fougères-Saint-Malo

 
☰ Accès rapide
Retour en haut