Antifascisme : A Strasbourg, pas de fachos dans nos manifs

Version imprimable de cet article Version imprimable


Le 21 mai, des milliers de personnes se mobilisaient contre Monsanto, l’agrochimie en général et les traités de libre-échange. En France des manifestations ont eu lieu dans 38 villes. 38 ? Non ! Une ville a préféré ne pas défiler plutôt que le faire sans les fachos. Merci EELV Alsace !

Pour la deuxième année consécutive, l’extrême droite s’était invitée à la grande marche contre Monsanto à Strasbourg. En 2015, deux militants royalistes, expulsés par des militantes et militants AL et NPA, se voyaient réintégrés aussitôt dans la manif par les organisateurs. Galvanisé-e-s par cette compassion, ce sont les élu-e-s FN qui cette année voulaient défiler, avec toute leur nébuleuse locale. Face à notre détermination à les exclure, la manifestation « apolitique » organisée entre autres par EELV Bas-Rhin a été annulée pour cause de situation conflictuelle entre groupes déterminés. Pour nous, les raisons sont ailleurs [1], notamment dans la faiblesse criante du service d’ordre initialement prévu.

Dépolitisation et dérive complotiste

L’événement questionne l’avenir des luttes, tant écologistes qu’antifascistes. Une telle manifestation désigne un ennemi commun, mais fait l’économie d’une réflexion sur une politique commune. Or les ennemi-e-s de nos ennemi-e-s ne sont pas forcément nos ­ami-e-s. Les membres de « Nouvelle écologie » – le satellite du FN sur le sujet –, ne se transforment pas en simples manifestants quand ils retirent leurs autocollants. Mais on omet ainsi qu’ils restent bruns derrière leur vernis vert. Faut-il s’en étonner de la part d’EELV Bas-Rhin qui a un programme écologiste similaire à celui du FN, le mot « local » de l’un étant remplacé par « patriote » chez l’autre ?

Les réactions qui ont suivi cette annulation ne posent pas moins de problèmes. AL a produit plusieurs articles pour exposer les tenants et aboutissants de cette affaire. De leur côté, EELV et le FN se sont contentés de brefs communiqués, le premier se dédouanant, le second demandant la dissolution des groupes d’extrême gauche dont il serait la victime... Et pourtant c’est à AL qu’on adresse les réflexions du type « combien vous a payé Monsanto pour faire capoter la manif ? ». Voilà qui montre combien les contre-arguments complotistes colonisent les esprits. Que pour certains écologistes, le FN ne doive plus être exclu des luttes et qu’un discours argumenté ne suffise pas à en convaincre, c’est le signe d’un recul de l’antifascisme. Il est nécessaire d’en réactualiser le propos et les analyses, pour une écologie tout entière antifasciste et antiraciste. Souvenons-nous qu’il existe des écologistes partisans du darwinisme social, appelés à converger avec les fascistes. Or l’esprit de domination de l’homme sur l’homme engendre aussi celui de domination de la nature. Fascisme et écologie sont incompatibles. Reinette noyée (AL nomade)

[1Tous ces faits sont relatés en détail sur le site d’AL Alsace.

 
☰ Accès rapide
Retour en haut