ACC : Au-delà des jeux politiciens

Version imprimable de cet article Version imprimable


Chaque mois, le mensuel Alternative libertaire reproduite l’édito de la revue alsacienne A Contre courant-> http://www.acontrecourant.org/, qui de son côté reproduit l’édito d’AL. Pour contacter ces camarades : ACC, BP 2123, 68060 Mulhouse Cedex

Les sondages précédant le 1er tour des présidentielles ne sont confirmés que sur un point : le second tour opposera le sortant à son challenger « socialiste ». Les enquêtes n’avaient pas prévu le score de la candidate FN qui fait mieux que son père il y a dix ans, le sans-culotte Mélenchon devant se contenter pour sa part d’une modeste quatrième place.

Quelle que soit l’issue du second tour, le résultat risque d’être le même pour tous ceux qui subissent depuis des décennies les conséquences des politiques néolibérales. Certes, on ne regrettera pas d’être débarrassé de Sarko dont l’incapacité personnelle, faite d’incompétence crasse et de narcissisme flamboyant, n’a eu d’égale que son acharnement à défendre les intérêts de sa classe et à tromper le peuple par la promesse de lendemains qui chantent… à condition de n’être ni Rom ni clandestin.

Mais on ne se réjouira pas non plus de l’élection d’un président rose (très, très) pâle qui n’aura pris aucune distance critique avec ses « camarades » qui ont dans le passé engagé la France et d’autres pays européens dans des politiques synonymes de dégradation des conditions d’emploi et de travail, d’austérité salariale et budgétaire, de pauvreté et de misère accrues. Franchement, vous le voyez, lui et sa future majorité parlementaire (qu’il lui restera à conquérir), engager une rupture qui impliquerait un affrontement rude avec le Capital et ses fondés de pouvoir, au rang desquels figurent « nos principaux partenaires » européens solidement barricadés dans leur forteresse de dogmes et de traités ultralibéraux ?...

Au risque d’apparaître un peu pessimistes - voire ingrats à l’égard de vaillants sans-culottes qui ont joliment réussi à effrayer quelques bourgeois l’espace de quelques jours – il nous paraît raisonnable de présenter cet épisode électoral et ses suites comme une nouvelle confirmation que la « démocratie » issue du système s’avère redoutablement efficace pour protéger et pérenniser ledit système.

Au risque d’apparaître exagérément optimiste, il nous paraît nécessaire de réaffirmer que cette démocratie-là peut être et doit être dépassée. Dans les luttes, avec détermination, dans la durée. Ce sera certes beaucoup plus difficile que de réussir un ou deux meetings électoraux. Et on ne pourra même pas galvaniser des troupes en affirmant que le succès est garanti...

Une chose est sûre en tout cas : aucune inflexion majeure et durable ne pourra être obtenue sans une mobilisation populaire de grande ampleur. Pour imposer une autre répartition des richesses par l’augmentation des salaires et l’abolition des dettes publiques. Pour imposer des créations d’emplois, pour imposer le maintien, l’extension et la démocratisation de services publics. Pour réorienter l’appareil de production dans le sens de la satisfaction des besoins populaires et de la prise en compte des contraintes écologiques. C’est de ce seul côté que nous plaçons nos espoirs.

 
☰ Accès rapide
Retour en haut