Campagne de renforcement d’AL : Une semaine de débats cet été en Aveyron

Version imprimable de cet article Version imprimable


La campagne de réunions publiques touche à sa fin pour l’année 2008-2009. L’occasion d’un premier bilan sur le sens de notre action !

Partout en France les groupes AL ont initié tables rondes et débats, principalement autour de la crise financière, du projet de société communiste libertaire et de la convergence des luttes. La plupart du temps, ces initiatives ont été bien accueillies et ne sont pas restées sans lendemain. Des personnes sont venues renforcer les groupes AL, de nouveaux groupes ont été créés dans une dizaine de villes et de nombreux contacts ont été pris. Les 8 et 9 mai derniers, près de 70 personnes ont participé aux réunions de branches (entreprise et jeunesse) et de commissions d’AL à Paris. Ce moment a permis à l’ensemble des militantes et des sympathisants de se former, d’échanger sur leurs expériences pratiques et de travailler sur des thématiques précises (économie, écologie, antipatriarcat). Dans cette dynamique, AL organise une semaine d’été du 2 au 8 août dans l’Aveyron. L’ensemble des militants et des sympathisantes d’AL y sont convié-e-s. Il s’agit de prendre le temps de débattre collectivement, de produire du matériel d’analyse, de préparer la rentrée à travers des formations et des ateliers. Le programme précis est disponible auprès des militants d’AL.

Unité des anticapitalistes

Au-delà du renforcement de l’organisation, cette série de réunions publiques a eu le mérite de mettre (modestement) au cœur du débat politique la nécessité de regrouper l’ensemble des forces anticapitalistes pour apporter des réponses collectives face au projet de régression sociale de la droite et du Medef. Bien sûr la période estivale ne semble pas propice à des luttes massives et les journées d’action des 26 mai et 13 juin ne sont pas à la hauteur des enjeux. Mais il est important de continuer à faire se rencontrer les militantes et militants d’horizons divers (syndicalistes, politiques, associatifs), comme les personnes non organisées qui souhaitent agir pour transformer notre société.

Bien entendu la question de l’alternative et du projet politique a été récurrente au cours des débats organisés par AL. Comment faire converger les luttes et pour quoi faire ? Questions auxquelles nous sommes toutes et tous confrontés. Il n’existe pas de recette miracle mais des expériences récentes (collectif LKP aux Antilles, appels de syndicalistes de lutte dans certains départements, front anticapitaliste dans le XIXe arrondissement parisien) montrent que seul le travail unitaire à la base, en dehors de toute considération électorale ou politicienne peut permettre d’avancer. En cette période de licenciements massifs et de montée de la conflictualité sociale, face à des capitalistes organisés et dotés d’un projet idéologique cohérent, il est primordial de remettre au cœur du débat les questions de droit de veto des salarié-e-s sur les licenciements, du contrôle ouvrier sur les entreprises, des services publics réellement socialisés, du contrôle de la population sur les politiques de la ville, de la résistance face à la répression, de l’émancipation des minorités opprimées… C’est dans ce sens que nous continuons d’avancer en renforçant le courant communiste libertaire.

Lucien Pivert (AL Marseille)

 
☰ Accès rapide
Retour en haut