Dico anticapitaliste : « L’Etat »

Version imprimable de cet article Version imprimable


Chaque mois, un mot ou une expression passée au crible par Jacques Dubart.


Définir de façon incontestable ce qu’est l’État n’est pas aisé, tant ce mot peut avoir des contextes différents. Pour tourner la difficulté, nous proposons de reprendre la définition « en négatif » donnée par l’anthropologue Pierre Clastre à propos des sociétés indiennes d’Amazonie qui « ne connaissent pas l’État, ou, à mieux dire, ne présentent pas trace d’un pouvoir détaché de l’ensemble social, d’un pouvoir exercé par un homme ou un petit nombre sur le reste des hommes ». Nous avons là, sans aucun doute, le bon point de départ pour une réflexion sérieuse sur l’État.

Ce que Clastre met en lumière, c’est que l’État est synonyme de pouvoir d’une minorité. Les États « démocratiques » s’appliquent à masquer cette réalité. Les élections sont censées permettre à la majorité d’y décider, au moins, des grandes orientations politiques. Mais dans les sociétés capitalistes le véritable pouvoir, le pouvoir économique, échappe au contrôle des institutions politiques. Il impose à la société toute entière ses orientations. Le rôle des responsables politiques est restreint, pour l’essentiel, à la gestion des conséquences sociales des décisions des capitalistes. En sanctuarisant le droit de propriété privée des moyens de production, la Constitution de l’État garantit la suprématie politique de la classe possédante. L’État bourgeois est le chef d’orchestre du capitalisme, et l’instrument des capitalistes.

Avant 1990, les États liés à l’URSS se disaient « États ouvriers », signifiant par là qu’à travers eux, c’est le prolétariat qui exerçait le pouvoir. Ce mensonge n’a jamais trompé que celles et ceux qui voulaient être trompés. Dans tout État, c’est bien le pouvoir – plus ou moins occulte – d’une minorité qui s’exerce. Et une minorité au pouvoir l’exerce toujours pour défendre ses intérêts propres, et pas ceux de l’ensemble de la société.

Néanmoins parmi les fonctions assumées par les États, certaines paraissent, plus ou moins, défendre l’intérêt général. Exemple type : les services publics. Certains services publics ont été en premier lieu des « services de l’État » (la Poste, l’Éducation nationale) Mais les services publics sont souvent une anomalie au sein de l’économie de marché, qui a été imposée sous la pression du prolétariat.

D’une part une analyse plus fine de cette institution, telle que l’a réalisée Pierre Bourdieu en démontrant que l’école est un rouage fondamental dans le processus de reproduction sociale, permet largement de nuancer ce « sentiment ». D’autre part, même si les capitalistes accaparent l’essentiel du pouvoir, ils sont bien obligés de tenir compte du rapport de forces et les avancées sociales sont en fait, pour l’essentiel, le résultat des luttes politiques et économiques des classes dominées. Il n’empêche que n’importe quelle société sera dans l’obligation de gérer de nombreuses fonctions assumées aujourd’hui par l’État.

Les États sont nés au moment même où sont apparues les classes sociales. L’État est une forme politique qui permet à la classe dominante d’exercer son pouvoir. Quand les anarchistes affirment qu’ils veulent détruire l’Etat, ils affirment simplement qu’ils veulent construire une autre forme d’organisation politique, basée sur l’égalité économique et politique entre tous les citoyens.

 
☰ Accès rapide
Retour en haut